Newsletter, je m'inscris !

Newsletter

Pour construire votre avenir en mieux, L’Europe et la Wallonie investissent dans plus de 1.000 projets.

L’association D.E.F.I.T.S. devient propriétaire et assure son avenir

Date publication: 
17/05/2017

Le 21 avril dernier, DEFITS inaugurait ses nouveaux locaux, situés dans la commune de Tellin. L’événement coïncidait avec le 25ème anniversaire de cette association Chapitre XII, active dans l’insertion sociale et socioprofessionnelle de citoyens dans le besoin, et soutenue financièrement par le Fonds Social Européen, la Wallonie, ainsi que les pouvoirs locaux.

Le nouveau bâtiment de DEFITS

Après 25 ans d’existence, l’association Chapitre XII D.E.F.I.T.S. n’était pas peu fière de présenter ses nouveaux locaux à Tellin, ce 21 avril 2017, à ses différents ministres de tutelle (Pouvoirs Locaux, Ruralité, Intégration Sociale), aux quatre CPAS partenaires (Libin, Tellin, Wellin, Saint-Hubert), ainsi qu’à de nombreux sympathisants. Précédemment occupé par la police locale, le bâtiment a été acquis il y a plusieurs mois, et l’équipe y exerce déjà ses services d’insertion sociale et socioprofessionnelle. Une transition effectuée sans le moindre accroc, et qui permet tant à l’association qu’à ses bénéficiaires de s’épanouir pleinement en offrant une plus grande superficie pour les diverses activités et les services mis en place pour répondre aux besoins du public.

>>> Découvrez tous les services de D.E.F.I.T.S. sur leur site Web !

Nouvelle cuisine de DEFITSLa salle multimédia de DEFITS.L'association DEFITS est soutenue par le FSE

Il n’y a pas un centimètre carré qui ne soit utilisé, se réjouit Katherine Gillard, coordinatrice pédagogique. Ça nous rend la vie plus facile, mais l’important c’est que cela valorise à la fois les sous du contribuable, le travail des accompagnants et les gens dont on s’occupe.”

Les bureaux du personnel de DEFITS.La nouvelle salle de réunion du personnel de DEFITS.

 

Henri Lierneux, secrétaire de DEFITS.Si le financement du Fond Social Européen n’a pas directement permis l’acquisition du bâtiment, il n’en reste pas moins indispensable. “Sans le FSE, on est cuits, avoue Henri Lierneux. Nous avons pu créer tout un parcours cohérent [d’activités d’insertion, NDLR] notamment grâce à ce financement, donc si du jour au lendemain nous ne l’avions plus, je ne sais pas ce que l’on ferait”. Ces aides sont par ailleurs complétées par un soutien de la Wallonie et des pouvoirs locaux, le reste étant pris en charge par les quatre CPAS.